Barebacking

Le barebacking, littéralement «chevauchée à cru», sert à désigner la pratique de rapports sexuels non protégés, et par extension un courant polymorphe prônant le culte et la revendication de cette forme de pratique sexuelle, mais aussi le culte du sperme.



Catégories :

NPOV Science - NPOV Politique et société - Article soupçonné de partialité - Pratique sexuelle - Sous-culture - Terme LGBT - VIH - Sida

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le barebacking est le choix délibéré de pratiquer la pénétration anale active ou passive sans condom avec un partenaire occasionnel, séropositif ou de ... (source : sero-zero.qc)
  • Le barebacking est -il moins risqué pour le partenaire actif?.... Si vous avez pratiqué le barebacking (comme partenaire actif ou passif), songez à subir un... (source : pvsq)

Le barebacking, littéralement «chevauchée à cru», sert à désigner la pratique de rapports sexuels non protégés, et par extension un courant polymorphe prônant le culte et la revendication de cette forme de pratique sexuelle, mais aussi le culte du sperme.

Née comme pratique revendiquée et voulue à l'intérieur d'une partie de la communauté gay américaine, cette pratique tend à se propager en Europe et trouve de plus en plus d'adeptes, à une époque où le SIDA fait toujours des ravages. Actuellement, ce phénomène est particulièrement présent en France et surtout chez les jeunes. les jeunes gay utilise cette peformance pour demontrer un "je-men'foutiste" vis a vis du SIDA et autres IST.

Les figures françaises du courant

Parmi les figures du mouvement homosexuel revendiquant publiquement cette pratique, on trouve Erik REMES, auteur d'un ouvrage conspué par une partie du public : Serial Fucker, journal d'un barebacker.

L'opposant le plus connu au bareback est Didier Lestrade, qui a consacré une partie de son essai The End à ce phénomène.

Quelques autres contributeurs et opposants au barebacking trouvent tribune active sur des sites internet à destination de communautés spécifiques, telles que la communauté hard et sadomasochiste : cette communauté est en effet particulièrement concernée car il existe couramment une confusion de genres entre les pratiques hard et SM et la pratique du barebacking, pratiques qui ne sont néenmoins totalement pas liées. Les plus actifs de ces contributeurs se regroupent désormais sous une bannière qui ne s'affiche plus simplement comme Safe-Sex mais ouvertement Anti-Bareback. Enfin, le portage de leur discours a donné naissance et transposé dans le langage familier (depuis 2005) l'expression désignant le concept de barebackers prosélytes.

Aspects du phénomène

Le barebacking consiste à avoir des relations sexuelles avec pénétrations anales ou vaginales non protégées par un préservatif, et avec un partenaire qui ne se protège pas non plus. Il est un acte voulu, assumé, revendiqué par un certain nombre d'homosexuels. Il n'existe pas à proprement parler de revendication en faveur du barebacking parmi les hétérosexuels. Certes, on a bien vu en 1987, dans une émission de Mireille Dumas, " Bas les masques ", une enseignante expliquer qu'elle était devenue séropositive après avoir eu sciemment des rapports non protégés avec son compagnon, et en réalité les relations non protégées sont énormément plus habituelles chez les hétérosexuels que chez les homosexuels, en raison d'un discours de prévention moins omniprésent qu'il n'est au sein de la communauté homosexuelle, mais le mot bareback est apparu dans la sous culture gay pour répondre, pour adapter les pratiques de sexe intinérant non protégées de cette communauté, et non pour désigner des relations amoureuses classiques. Par la suite, les études sur le bareback chercheront l'ensemble des causes qui amènent n'importe quel individu à ne pas se protéger. Le relapse désignera alors les comportements irresponsables sous emprise de stupéfiants, les "négligences" et "oublis" ; le barebacking représentera par opposition non seulement la pratique à risque mais également la culture et l'engagement de type politique (au sens action collective réfléchie et argumentée) pour justifier ou alors promouvoir les pratiques à risque (barebacking prosélyte). L'origine américaine du mot bareback ne doit pas faire du phénomène une nouveauté d'origine américaine. Il convient aussi d'expliquer pourquoi le mot est apparu aux Etats-Unis. Dans les milieux homosexuels, le refus de la capote a été particulièrement fort au début de l'épidémie, dans la période de flou entourant la maladie, et la règle de la responsabilité partagée s'est vu consacrée de façon tacite. Puis, avec les procès du sang contaminé et la judiciarisation des transmissions, ceux qui voulaient continuer et revendiquer leurs pratiques sans capote en dépit des risques ont dû s'adapter au risque judiciaire en visibilisant leur pratique ouvertement au lieu de la laisser tacite et restreinte au " milieu " gay : le bareback est ainsi apparu aux Etats-Unis, à l'endroit où le sida a frappé en premier dans les pays occidentaux, et à l'endroit où la loi a puni les rapports à risques non " éclairés ". Le barebacker affiché a ainsi en principe un statut clair, militant, irréprochable aux yeux de la justice, ce qui explique que le bareback est plus développé dans les pays qui pénalisent le sida (Etats-Unis) que dans ceux où la législation est restée inchangée sans création de délit spécifique au sida (France).

Réactions

Le barebacking est condamné par les associations de lutte contre le SIDA, et la majorité des associations homosexuelles. Mais le sida touche en grande majorité les barebackers, et ils ont pour une bonne part d'entre-eux fui les associations qui les pointent comme mauvais exemple comportemental, autrement dit que le milieu associatif préventif est actuellement sans aucune prise et sans dialogue avec les personnes les plus concernées. D'où les refontes globales des politiques à suivre désormais, comme on observe actuellement aux Etats-Unis. En France, la division et les revirements des stratégies des associations se révèlent par exemple dans le retrait de Didier Lestrade d'Act Up ou la désolidarisation de la plateforme préventive " Warning " qui se réoriente de la "prévention" pure vers un discours de gestion de la "Réduction du Risque", ce qui change beaucoup sur l'objet et l'objectif.

Juillet 2008 : ouverture du site avec forum, seronet, qui permet la visibilité des discussions entre séropositifs barebackers, et mise en ligne d'un atelier "santé" pour les barebackers, autrement dit apparition publique d'une prévention prenant en compte le refus de la capote. Cette ouverture tardive de main tendue en France n'est pas la première dans les pays francophone, le site québecois serozero ayant déjà mis en ligne des discussions par le passé. Néanmoins, ce site émanant de Aides ne porte pas l'étiquette Aides, laquelle n'a jamais eu de forum par le passé et n'en a toujours pas dans son propre menu.

La polémique - Résumé

Les barebackers soutiennent que le port de la «capote» les empêche d'être en érection et/ou nuit à la qualité des sensations. Ils associent aux pratiques non protégées le sentiment de se donner totalement à leur (s) partenaire (s) et ont un grande érotisation du rapport non protégé, et développent fréquemment une fétichisation érotique du sperme. Ils partent du principe que chacun est libre de pratiquer la sexualité comme il l'entend et qu'il est responsable de sa santé à commencer par lui-même. Tandis que leurs opposants leur reprochent de promouvoir une conception jouissive du sexe et de mettre en danger la vie des autres avec les risques de transmissions de maladies telles que le Sida. Les barebackers ont alors beau jeu de leur rétorquer qu'un tel reproche implique de leur part une appréciation particulièrement négative de la sexualité.

Selon les «porte-parole» du barebacking en France, l'hostilité des associations de revendications en faveur des homosexuels serait principalement motivée par la volonté de donner une image lisse de la communauté homosexuelle pour que les revendications en faveur du mariage homosexuel et de la possibilité d'adoption d'enfants puisse aboutir plus facilement. Ils objectent que si le phénomène de l'homosexualité perdait tout caractère subversif, la chose ne présenterait plus guère d'intérêt.

Cette motivation est bien entendu contestée par la totalité des associations concernées, l'argument employée paraissant particulièrement beaucoup trompeur (le " mariage homosexuel " évoqué, notion beaucoup polémique, ne jouant que le rôle de rideau de fumée)  : les seules motivations principales étant celles d'endiguer la pandémie au sein de la communauté, de limiter le nombre de nouvelles contaminations par le virus du VIH et les autres IST et MST qui sont elles aussi en forte recrudescence, de diminuer le nombre de surcontaminations de séropositifs qui amènent à des mutations incontrôlées et immaitrisables des différentes souches du virus, le tout dans un aspect sanitaire et salvateur évident. Ce à quoi les barebackers répondent que leur visibilité est libératrice et leur interdiction aussi inutile et sans effet que celle de l'homosexualité, sauf à gâcher la vie des personnes concernées sans modifier celle des autres : pourquoi les personnes qui ne mettent pas de préservatif poseraient-elles un problème à ceux qui en mettent un ? La rencontre n'aura pas lieu, tout simplement ! S'ils espèrent changer la sexualité des barebackers, que ces homosexuels débutent par apprendre à devenir hétéro ! Enfin, les barebackers rétorquent aussi que si les MST ont augmenté entre 1995 et 2005, les séroconversions au VIH ont, au contraire, regressé (PASSAGE EN CONTRADICTION AVEC LES STATISTIQUES OFFICIELLES QUI DEMONTRENT UNE CROISSANCE DES CONTAMINATIONS) malgré le renouveau du bareback, sous l'effet préventif des trithérapies qui ne font pas disparaitre le risque de transmission mais le diminuent particulièrement sensiblement. Les charges virales sont un élément clef de l'évolution de l'épidémie, et les cas de transmission proviennent plus fréquemment des individus non suivis médicalement, sans traitement, que des barebackers prosélytes idéalement au fait des traitements. Stigmatiser le bareback ou pire, le diffamer, conduit alors à éloigner du dépistage les personnes à risques, et provoque le silence, l'occultation, et par conséquent la tromperie : au total, une mauvaise gestion préventive qui ne change rien aux pratiques mais dégrade la qualité de vie tant des barebackers que de ceux qui se protègent, à cause du climat de tension. Décembre 2007 : La publication du rapport Hirschel va énormément modifier le discours du bareback prosélyte : Une de ses manifestations les plus politiques était de promouvoir l'autocontamination, ou plus précisément son risque afin d'encourager la recherche face à une maladie peu répandue, qui manquait de "chiffre d'affaire". Étant donné que les trithérapies se révèlent tellement efficaces qu'elles rendent complètement inoffensif le séropositif en charge virale inférieure à 1000 copies, le barebacker ne peut plus avancer qu'il se met en péril pour que la recherche avance puisque son but est atteint : le séropositif peut vivre tout autant qu'une personne ordinaire, et il ne transmet plus le virus. Le barebacker ne se bat plus pour obtenir ce qu'il a déjà : un traitement efficace et suffisant pour lui comme pour ses partenaires !. Son discours devient simplement ce dernier : "nous ne mettons pas de capote mais nous ne transmettons plus rien" (en terme épidémiologique, un risque n'est jamais nul mais peut -être reconnu comme tel en terme de discours à tenir, selon le spécialiste Hirschel lui-même : les précisions à apporter relèvent de la protection juridique mais non de la réalité épidémiologique). Il se transforme en agent jouisseur et préventif dorénavant et non plus en agent libérateur qui s'expose. Cela dit, seul le séropositif est libéré car le séronégatif doit continuer à se protéger des séropositifs non dépistés. On remarquera que le barebacker, en banalisant le VIH désormais sous on contrôle total, est l'artisan de l'avenir en incitant les gens à aller au dépistage pour que les derniers séropositifs contaminants, aillent exactement se faire dépister.

Statistiques - questions juridiques

Différentes statistiques ont été publiées qui sont tirées de questionnaires diffusés par les médias gays en vue de quantifier le phénomène.

Bibliographie

Liens externes
  • Dossier Bareback sur Multisexualités et sida (ensemble de liens vers des articles et des recherches)

Films



Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Barebacking.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu