Bondage et discipline, domination et soumission et sado-masochisme

Le BDSM, sigle de «bondage et discipline, domination et soumission, sado - masochisme», est un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation consentante de dominant à dominé.



Catégories :

BDSM

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • BDSM. Dictionary terms for BDSM in Français, Français definition for BDSM, Thesaurus and... Bondage et discipline, domination et soumission et sado - masochisme... domination et soumission, sado - masochisme, est un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation consentante de dominant à dominé.... (source : babylon)
  • The Bondage et discipline, domination et soumission et sado - masochisme reference... Le BDSM, acronyme de Bondage et Discipline, Domination et Soumission et Sado - Masochisme, est un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation de dominant à dominé, cette domination pouvant s'exercer de façon... (source : july.fixedreference)
  • ... Bondage et discipline, domination et soumission, sado - masochisme... Les pratiques BDSM sont mises en œuvre par un couple, elles peuvent aussi eexister entre... sans aucune relation sado - masochiste ou dominant - dominé.... (source : bondage.sexvitrine)

Le collier est un des principaux symboles du BDSM

Le BDSM, sigle de «bondage et discipline, domination et soumission, sado-masochisme», est un ensemble de pratiques sexuelles marginales, fondées sur une relation consentante de dominant à dominé. Cette domination pouvant s'exercer de façon psychologique et/ou par le biais de contraintes physiques.

On parle aussi en termes plus modernes de «jeux d'échanges de pouvoir». Les pratiques BDSM peuvent avoir lieu dans un couple, mais également entre groupes de plusieurs dominés et dominants.

Elles sont de deux types : domination, entrave, pour le premier type, et quelquefois, en plus, quand la douleur et l'humiliation interviennent, elles entrent dans le deuxième type.

Les partenaires pratiquent ces jeux afin d'obtenir par l'exacerbation de leurs sens et de leurs fantasmes un désir sexuel plus intense. Mais, occasionnellemen, anaphrodisie, , il ne s'agit que de parvenir à une ébauche de plaisir sexuel.

La douleur psychologique (humiliations) ou physique peut devenir souffrance. Mais la douleur devient plaisir quand la charge d'endorphine couvre le choc de la douleur. Ceux qui le découvrent seront toujours en quête, car dans ce cas le désir est exacerbé. Selon Gilles Deleuze "Tout est permis à condition que ça ne mène pas à l'orgasme. Pourquoi ils ne veulent pas de l'orgasme ? Pas parce que c'est fautif. Parce que ce serait l'interruption du désir, et qu'ils parient en droit - j'insiste sur "en droit" - la continuation du désir à l'infini. " [1]

Principales pratiques

Démonstration d'une suspension partielle de bondage.

On peut rencontrer, dans les pratiques BDSM :

Législations

Les législations des principaux pays occidentaux n'interdisent plus les pratiques sexuelles BDSM. Cependant, le Royaume-Uni définit un seuil de pratiques au-delà desquelles le BDSM tombe sous le coup de la loi. L'affaire Spanner (année 1991) qui a consisté en la criminalisation d'hommes consentants, tandis qu'aucune plainte de quiconque n'avait été déposée, a jugé coupables des «dominants» sur l'unique base des marques laissées sur les «soumis». Une fessée légèrement appuyée, un bondage serré sont par conséquent illégaux (ce jugement a été validé par la Cour européenne en Juin 1997) [2].

Il faut s'en tenir au jugement. Les participants à ce qu'on a appelé l'affaire Spanner furent condamnés sur la possession d'images hard entre majeurs consentants. Ce qui est à noter c'est qu'à l'époque, la loi anglaise punissait ceux qui se faisaient violence à eux-mêmes, d'où l'interdiction de se suicider. Un rescapé du suicide en Angleterre était passible de prison pour meurtre envers lui-même. C'est ce qui amena la chambre des Lords à infliger des peines de prison aux «dominés». Des peines inférieures d'environ 50 % comparé aux dominants.

Il ne faut pas confondre la soumission contractuelle, pratique sexuelle, et les violences conjugales. Comme il ne faut pas confondre BDSM avec sado-masochisme. La dimension de douleur est nettement moins présente dans le BDSM , qui se centre essentiellement sur l'aspect domination, autrement dit la dimension psychologique.

Santé et sécurité

Jeux de Cordes

Certaines de ces pratiques peuvent, quand elles se font sans la connaissance des limites des participants, êtres dangereuses, telles que le fouet, les aiguilles, la cire chaude, etc. Elles peuvent provoquer des blessures allant quelquefois jusqu'à l'éborgnement, des brûlures, des coupures et peuvent devenir des risques d'infections ou de transmission de maladies (VIH, hépatites B et C, etc. ). Cependant, il faut souligner que ces blessures surviennent rarement dans les scénarios de domination. Une bonne entente entre les participants est par conséquent essentielle. Il est d'autre part important de s'inquiéter de l'état de santé de la personne qui se soumettra (problèmes cardiaques, allergies, problèmes de dos... ), un coup mal porté, une angoisse, une allergie ou une mauvaise position peuvent conduire au drame.

La cire chaude est une pratique courante dans le BDSM. La chaleur de la cire dépend totalement de la distance entre la coulée de cire chaude et le corps. Pour un sujet soft on fera par conséquent couler la cire de plus haut. D'autre part, il existe des cires adaptées aux pratiques SM, leur composition permet un refroidissement de la cire plus rapide par conséquent un risque de brûlure diminué.

Pour la flagellation / fessée, il est habituel de demander à la personne soumise si le dominant peut ou non laisser des marques (hématomes). Certaines personnes pratiquent le BDSM dans le plus grand secret et ne souhaitent pas que leur partenaire ou autres puissent découvrir ce «vice», pour d'autres les traces sont à éviter à cause de leur activité professionnelle ou extra-professionnelle. Il existe de multiples raisons pour qu'une personne soumise refuse qu'on lui laisse des marques. Dans la pratique de la flagellation, il est aussi important de contrôler les coups portés quel que soit le matériel utilisé. Ainsi un dominant évitera l'abdomen à cause des organes (rate) et le bas du dos (reins). Dans la pratique du martinet, il conviendra de faire attention quand on fouette les fesses d'un soumis qui ne veut pas de trace. En effet, le bout des lanières revient fréquemment sur l'aine et laisse généralement des bleus parce que la peau est plus fine à cet lieu.

Les menottes sont pour la majorité pourvues de renforts pour protéger les poignets. Ou acquises chez des distributeurs spécialisés qui produisent des menottes aux bords adoucis.

Il peut être sécurisant de filmer la scène. Cela sert à montrer dès le début, par un enregistrement, la pleine et entière volonté de la pratique par les participants. De plus, en cas d'abus, un recours à la vidéo sert à voir qui a fauté, quelles règles n'ont pas été respectées.

Quoi qu'il en soit, la pratique du BDSM — comme toute pratique sexuelle — ne dispense ni ne remplace les sentiments des partenaires l'un envers l'autre. Il n'existe pas de «code» à respecter pour «être» ou non BDSM, seule la confiance mutuelle des partenaires, et les sentiments qu'ils se vouent mutuellement en définissent le cadre.

Safeword, ou code de sécurité

Le safeword est un signal d'urgence, le «pouce ! On arrête !» du jeu BDSM qui, utilisé par la personne qui se soumet, indique au partenaire qu'il doit immédiatement et sans discussion interrompre l'action en cours, et la délivrer de toutes contraintes éventuelles aussi rapidement et prudemment que envisageable.

En substitut de l'anglophone safeword est quelquefois proposé le plus francophone veto (littéralement : Je m'oppose), qui était, dans la Rome antique, la formule utilisée par les tribuns du peuple pour s'opposer aux décrets du Sénat.

Le «droit de veto», dans le BDSM, sert à désigner l'éventuelle possibilité de refus catégorique que peut opposer la personne qui se fait dominer envers une action qui lui déplaît, et ne doit pas, en ce sens, être confondu avec le code de sécurité – destiné, lui, à alerter le partenaire d'un danger potentiel dont il n'aurait pas conscience.

Certaines personnes choisissent d'abolir le safeword dans leurs jeux, en omettant trop fréquemment la distinction qui existe entre droit de veto et code de sécurité… le principe revenant alors, pêle-mêle, à priver les tribuns de crier autant «Veto !» en cas de désaccord, qu'«au feu !» quand ils voient un incendie menacer de ravager le sénat…

Dans un souci d'éviter toute confusion avec d'éventuelles suppliques qui seraient simulées dans le cadre du jeu SM, les partenaires conviennent généralement d'un «mot magique» qui sera sans ambiguïté reconnu comme safeword verbal. «Stop !», par exemple. Ou «safeword !», «pouce !», «veto !», «pitié», ou tout bonnement le prénom de la personne dominante, qui nomme rapidement à l'abandon des rôles incarnés, ou bien toujours une codification par couleurs inspirée des feux rouges qui est en fait celui le plus fréquemment utilisé.

Quant aux safewords non verbaux, rendus nécessaires par l'usage des bâillons, une pratique fréquemment répandue consiste, pour celui qui domine, à placer un trousseau de clés dans la main de la personne qu'il prive de la parole : que celle-ci le laisse tomber à terre, et l'alerte d'urgence sera implicitement donnée – ou le droit de veto invoqué.

Code de sécurité ou droit de veto, le safeword est toujours à considérer comme appelant une réaction de la plus haute urgence, quelle que soit la situation, et aussi anodine puisse-t-elle paraître aux yeux de celui qui contrôle les événements.

Cérébralité et safeword

Des dominants expérimentés estiment que le safeword fait perdre une partie de la cérébralité du jeu. En effet ce qui provoque, fréquemment, l'excitation et le désir dans une relation dominant/dominé, c'est précisément l'abandon du dominé qui s'en remet entièrement au dominant ou à la dominatrice. Le dominant doit alors communiquer par une clef invisible et doit comprendre, sans que le dominé ne l'énonce clairement, à quel moment il doit ralentir, ou alors s'arrêter. Il s'agit de savoir communiquer comme un medium talentueux pourrait le faire. Il s'agit de comprendre les non dits. Pour cela le dominant doit connaître son sujet et la dominatrice ou le dominateur doit être plus que jamais à l'écoute. Ce qui, bien entendu, exclut les joueurs débutants qui doivent s'en tenir au safeword.

Respect

Il est particulièrement important, pour les deux partenaires (dominant et dominé) de toujours conserver à l'esprit le confort du partenaire dominé. On peut, par exemple, envisager la rédaction d'un contrat entre les deux partenaires afin d'établir clairement les limites à ne pas dépasser. En particulier à l'heure des nouvelles technologies où la facilité des rencontres dans ce domaine se multiplie (sites spécialisés dans le bdsm, la référence maitresse. fr. )

Citation

Dans Pop model, les mémoires de Lio rédigées avec Gilles Verlant on peut lire :

«Il existe des femmes qui aiment les rapports masos, ça les excite ; elles font particulièrement bien la différence entre l'acte sexuel, où elles apprécient certaines choses qui sont de l'ordre du lien, de la cœrcition, même accompagnée de fessée, de coups de cravache, dans le cadre d'un jeu librement consenti, et la violence conjugale qu'elles ne supportent totalement pas d'autre part.»

Fictions

Études

Voir aussi



Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Bondage_et_discipline,_domination_et_soumission_et_sado-masochisme.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu