Cuckolding

Le cuckolding sert à désigner une paraphilie dans laquelle un homme est sexuellement excité à l'idée, ou le fantasme d'être cocufié par son épouse légitime ou sa compagne.



Catégories :

BDSM - Pratique sexuelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... Le mot Cuckolding dérive du mot anglais cuckold qui veut dire cocu et qui... C'est d'ailleurs la même chose en Français ; cocu découle de coucou.... Cette pratique sexuelle est souvent accompagnée par d'autres... (source : blogg)

Le cuckolding sert à désigner une paraphilie dans laquelle un homme est sexuellement excité à l'idée, ou le fantasme d'être cocufié par son épouse légitime ou sa compagne.

Étymologie

Le terme cuckolding dérive du mot anglais cuckold, qui veut dire «cocu» et qui provient lui-même de cuckoo, le coucou, en référence au comportement de la femelle de cet oiseau qui pond ses œufs dans les nids des autres oiseaux.

Pratique

Contrairement aux adultères si fréquemment mis en scène dans les vaudevilles et le théâtre de boulevard où le cocu ignore tout de son infortune, le cocu est ici volontaire, idéalement renseigné et joue un rôle actif dans son propre cocufiage. Dans les couples pratiquant le cuckolding, c'est le plus souvent le conjoint qui incite sa compagne à avoir des rapports sexuels extra-conjugaux. Selon les cas, le mari peut être physiquement présent lors de l'acte sexuel, soit informé de son déroulement.

En dépit de son rôle apparemment plus prestigieux, l'amant n'est lui aussi qu'un instrument au service de la satisfaction sexuelle de l'épouse. En théorie, son rôle se limite à la saillie, et n'a strictement aucune dimension sentimentale. Dans le monde anglophone, l'amant est dénommé bull (le taureau), un qualification qui dénote à la fois sa supériorité en matière sexuelle et son animalité. Même impotent et déficient, seul le cuck (cocu) est capable d'éprouver des sentiments humains «supérieurs» : rongé par la jalousie, il continue ainsi à aimer sa femme, malgré le comportement socialement inqualifiable de cette dernière, submergée par ses instincts et ses pulsions. Le cuckolding est quelquefois associé à la transgression de tabous sociaux (relations sexuelles avec des individus appartenant à des groupes sociaux ou ethniques reconnus comme «inférieurs» par le cocu ou sa femme, ce qui augmente toujours l'humiliation de ce dernier, renforce ses préjugés racistes et l'autorise à d'abusives généralisations machistes).

Fréquemment, mais pas forcément, c'est l'incapacité du mari à «satisfaire sexuellement» son épouse qui est invoquée pour s'engager dans la voie du cuckolding. Parmi les motifs avancés : impuissance sexuelle, petite taille du pénis, éjaculation précoce, manque de «savoir-faire en matière sexuelle», etc. Pour renforcer son humiliation, la femme peut se refuser complètement à son conjoint ou ne lui autoriser que le cunnilingus et l'anulingus. Bien entendu, l'«infortuné» mari n'est pas autorisé à avoir des relations sexuelles extra-conjugales, et donc il n'est pas rare qu'elle lui «impose» le port d'une ceinture ou d'une cage de chasteté. L'abstinence sexuelle prolongée assumée par le mari contraste alors avec la totale liberté sexuelle dont jouit son épouse.

Dans un tel couple, les tâches ménagères et le service de table (surtout lorsque la dame invite son amant à manger) sont généralement dévolus à celui qui a perdu ses prérogatives viriles et se voit réduit à l'état de domestique (quelquefois aussi au service de l'amant). Cette pratique sexuelle est souvent accompagnée par d'autres pratiques associées à la domination sexuelle : fessée, facesitting, port de sous-vêtements féminins, humiliation verbale...

Le cuckolding est quelquefois l'occasion d'un coming-out bisexuel, ou alors homosexuel, mais la dimension masochiste de la relation est normalement conservée.

Fantasmes

Vrai retour aux origines ornithologiques du terme, parmi les fantasmes récurrents du cocu figure celui d'élever l'enfant qui résulte des écarts adultérins de sa femme, dans l'idéal un enfant d'une autre couleur de peau, de façon à rendre manifeste l'état de cocuage. Ce fantasme semble spécifiquement vivace dans les sociétés où le clivage est fortement marqué par les caractéristiques ethniques ou «raciales».

Sources
  • (en) Elise Sutton, Female Domination : An Exploration of the Male Desire For Loving Female Authority", Lulu press, 2003, ISBN 1-4116-0325-7

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cuckolding.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu