Fist-fucking

Le fist-fucking ou fisting, est une pratique sexuelle consistant à pénétrer le vagin ou le rectum de sa partenaire avec la main.



Catégories :

Pratique sexuelle - Paraphilie - Attirance sexuelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le fist fucking est une pratique peu courante, à cause de risques évidents, ainsi qu'à cause de limites physiques. Il faut en effet être particulièrement détendu... (source : france-dominatrices)
  • Mais avant toute chose, il ne faut pas oublier que le fist-fucking est un plaisir... Le Fist - Fucking exige énormément de calme, de temps, des tonnes de ... Le Fist - Fucking ne présente pas de risque de transmission du ... (source : gaadjou.joueb)
  • Un fist-fucking est la pénétration de plusieurs doigts ou de la main entière... un affaiblissement de la protection cutanée rendant le rapport à risque.... (source : ericremes.free)

Le fist-fucking ou fisting, est une pratique sexuelle consistant à pénétrer le vagin ou le rectum de sa (ou de son) partenaire avec la main (ou plutôt le poing, fist en anglais). La sexologie utilise les termes d'érotisme brachiovaginal ou brachioproctique.

Malgré son nom, le fist-fucking ne sous-entend pas la pénétration du poing fermé dans le vagin ou le rectum, mais plutôt une lente introduction de la main dont les doigts sont gardés tendus et groupés dans l'orifice préalablement abondamment lubrifié et distendu progressivement. Une fois l'introduction effectuée, le poing peut être fermé, ou les doigts rester droits.

Incidence de la pratique

À cause de ses risques potentiels, du manque de connaissances, lui-même créateur de risques et de craintes, de la douleur et de tabous sexuels, la pratique du fist-fucking reste énormément plus confidentielle que celle d'autres activités sexuelles.

Malgré l'association généralement faite entre fist-fucking anal et homosexualité masculine, cette pratique est aussi pratiquée chez les hétérosexuels. Le fist-fucking anal est perçu comme agréable par les hommes qui le pratiquent à cause de la stimulation de la prostate génèrée. L'enquête ACSF (Analyse des comportements sexuels en France) de 1992 sur la sexualité des Français retrouvait 6% des homosexuels ou bisexuels interrogés ayant pratiqué le fist-fucking sur un partenaire lors de leur dernier rapport sexuel et 6% ayant reçu un fist-fucking au cours de leur dernier rapport[1].

De même, le fisting vaginal est pratiqué par des femmes de toute orientation sexuelle. Les rares cas de masturbation par ce biais sont l'apanage de femmes d'une souplesse spécifique.

Hygiène et sécurité

De par la sollicitation intense qui est fait des muqueuses anales ou vaginales, le fist fucking est une pratique nécessitant une certaine préparation. Dans le cas de la pénétration anale, les sphincters sont préalablement étirées avec objets sexuels. Le fist-fucking est une technique peu pourvoyeuse de risque de transmission de maladies sexuellement transmissibles. Il existe cependant des risques potentiels. Il peut aboutir à des blessures sérieuses telles que la fissuration, ou alors la rupture dans un nombre non négligeable de cas, de l'ampoule rectale, des infections secondaires, la lacération des muqueuses, des infections urinaires, des inflammations pelviennes (elles-mêmes cause de stérilité chez la femme), des contusions musculaires, et d'incontinence fécale en cas de rupture d'un sphincter anal. Certains de ces risques sont diminués par certaines mesures de sécurité, comme la lubrification et la progressivité.

Le contact entre les fèces et des muqueuses irritées peuvent entraîner une inflammation ou une infection, de même que les lavements. Les ongles de l'individu qui pénètrent doivent être coupés courts et limés et ses mains protégées par des gants à usage médical (en latex par exemple). La main comme l'orifice choisi doivent être excessivement lubrifiés (avec un lubrifiant à base d'eau plutôt, mais pas un lubrifiant issu du pétrole comme la vaseline, qui attaque le latex).

Des douleurs ou des saignements sont des signes d'alerte à ne pas négliger, qui font craindre une rupture digestive et nomment un arrêt immédiat du fisting, ainsi qu'une consultation médicale.

Le poppers (amyl-nitrite), agissant comme vasodilatateur, est quelquefois utilisé pour le fist-fucking anal. L'utilisation de drogues, surtout sédatives ou anesthésiques locaux font courir un risque plus important de complications par altération de la douleur, de la réactivité, et désinhibition.

Sources & références

  1. Alfred Spira, Nathalie Bajos et le groupe ACSF, Les comportements sexuels en France, La documentation Française, 1993, p. 159

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Fist-fucking.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu