Nécrophilie

La nécrophilie est une paraphilie caractérisée par l'attirance pour les personnes inconscientes, surtout les comateux et les cadavres.



Catégories :

Nécrophilie - Attirance sexuelle - Pratique sexuelle

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... La nécrophilie est une attraction érotique envers les cadavres, ... rapports sexuels avec les cadavres quand personne était aux alentours.... (source : mai-morire.spaces.live)
  • La nécrophilie est un attraction érotique envers les cadavres, dont la motivation la plus citée par les psychiatres est la tentative de posséder un... (source : willowitch.unblog)

La nécrophilie est une paraphilie caractérisée par l'attirance pour les personnes inconscientes , surtout les comateux et les cadavres. L'utilisation familière du terme sert à désigner la pratique consistant à avoir des relations sexuelles avec des personnes décédées.

La nécrophilie fait partie des motifs principaux de l'utilisation de produits incapacitants (tel que le GHB), dites drogues de viol, lors de «viols commis par une connaissance» («acquaintance ("date") rape» en anglais).

La nécrophilie est aussi la motivation de quelques tueurs en série comme Ed Gein ou Jeffrey Dahmer qui ont mangé leurs victimes après les avoir tuées (voir anthropophagie). Certains meurtriers ont déclaré avoir ressenti une excitation sexuelle lorsqu'ils tuaient, comme Karla Faye Tucker, qui a prétendu avoir eu un orgasme en tuant Jerry Lynn Dean à la hache.

Statut juridique

Comme anomalies psychologiques, les penchants nécrophiles ne sont pas particulièrement illégaux. Les pratiques BDSM et les jeux de rôles impliquant l'inconscience simulée d'un des participants sont idéalement légaux.

En revanche, les relations sexuelles avec une personne décédée sont proscrites dans la majorité des pays (et socialement admises quasiment nulle part). L'abus sexuel d'une personne droguée et inconsciente est le plus souvent reconnu comme un viol et sévèrement puni.

En France, l'article L225-17 du Code pénal punit d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende toute atteinte à l'intégrité du cadavre, par quelque moyen que ce soit.

Le Royaume-Uni a rendu la pénétration sexuelle d'un cadavre illégale par la loi dite Sexual Offenses Act 2003 et passible de deux ans de prison.

Aux États-Unis, la majorité des états proscrivent cette pratique, quoiqu'ils formulent la majorité du temps l'interdiction par le terme plus flou d'«abus sur un cadavre». Jusqu'en 2004, la Californie possédait des lois contre la mutilation de cadavres et la profanation de tombes, mais rien de spécifique concernant l'acte sexuel avec un cadavre. Le 10 septembre 2004, le gouverneur Arnold Schwarzenegger signa un projet de loi rendant criminel de tels actes, avec une peine maximale de huit ans de prison.

Point de vue moral

Un acte sexuel avec un cadavre est le plus souvent reconnu comme socialement intolérable. Le fait que la victime n'aurait pas consenti à l'acte de son vivant l'apparente au viol d'une personne décédée. Quasiment l'ensemble des sociétés humaines condamnent l'abus des morts comme une forme d'irrespect symbolique. Dans de très rares cas, cependant, les actes de nécrophilie peuvent être consentis : par exemple, dans le cas d'Armin Meiwes, la victime, Bernd Jürgen Armando Brandes, avait donné son consentement à la mutilation ainsi qu'à la mort qui lui furent infligées.

Littérature

Les relations entre l'amour et la mort sont souvent utilisées comme expressions artistiques, surtout chez les romantiques. La tragédie Roméo et Juliette de Shakespeare se termine avec les deux jeunes amants unis dans la mort. Edgar Allan Pœ a décrit la mort d'une jolie jeune femme comme l'une des plus belles images qui soit (il n'approuvait pas la mort de cette jeune femme, mais pour lui, la mélancolie et la souffrance étaient des sources de beauté). Baudelaire compare son amante Jeanne Duval à un cadavre en putréfaction dans son poème Une charogne. Dans le Frankenstein ou le Prométhée moderne de Mary Shelley, la créature est confectionnée à partir de morceaux de cadavres.

La Belle au bois dormant de Charles Perrault peut être aussi reconnu comme un exemple de nécrophilie dans la littérature classique, en particulier si on se réfère à la définition d'origine (attirance pour les personnes inconscientes).

Une référence plus récente en matière littéraire sur le sujet est le roman Le Nécrophile, de Gabrielle Wittkop, paru en 1972, où l'auteur décrit de façon minutieuse et réaliste l'univers du nécrophile, ses sentiments, et relate de nombreux détails sur ses méthodes, ses habitudes, ses sensations.

Musique

De nombreux artistes musicaux se sont penchés sur la connexion romantique entre la mort et l'amour. Dans les années 1970, le chanteur de heavy metal Alice Cooper a enregistré quelques chansons à propos de la nécrophilie (I Love the Dead, Cold Ethyl), de même que le chanteur français Jean Guidoni en 1980 (Chanson pour le Cadavre Exquis : «je ne viole personne, je ne pollue qu'une ombre»). En 1985, Le Groupe Californien Slayer publie Necrophiliac sur l'album Hell Awaits. En 1993, le vidéo-clip de la chanson Last Dance with Mary-Jane de Tom Petty montrait le chanteur simulant diverses poses romantiques avec une femme morte (jouée par Kim Basinger).

Dans la chanson Where the wild roses grow, Nick Cave et Kylie Minogue chantent en duo l'histoire du meurtre d'une jeune femme motivé par le fait que «toute beauté doit mourir». Au début des années 2000, le groupe finlandais HIM a connu le succès en Europe avec le titre Join Me in Death. En règle générale, ce thème est régulièrement abordé par les groupes de musique gothique, de death metal, de grindcore et autres sous-genres. Par exemple le chanteur du groupe Murderdolls, Wednesday 13, a, dans son premier album solo, rédigé et interprété une chanson nommée I want you... dead. Ce titre est à prendre dans le sens nécrophile. Le morceau "night shift de siouxsie and the banshees raconte l'histoire d'un nécrophile dont la passion est de violer des femmes mortes dans des cimetières, comme le sergent Bertrand.

Cinéma

Le cinéma a aussi traité de la nécrophilie.

  • Le particulièrement controversé film allemand Nekromantik offre une représentation graphique de nécrophilie sexuelle et le film canadien Kissed raconte l'histoire d'une femme qui travaille dans une morgue et qui se découvre une attirance érotique pour les corps dont elle s'occupe.
  • En France, le film de Patrick Bouchitey Lune froide, choisi au festival de Cannes en 1991, raconte les errances et les amours nécrophiles de deux marginaux. Ce film fut à l'origine un court métrage tiré d'une nouvelle de Bukowski, qui reçut le César du meilleur court métrage de fiction en 1990.
  • En 1994 est produit par Nacho Cerdà un court métrage intitulé Aftermath, qualifié par énormément comme "le court métrage le plus choquant de l'histoire du cinéma". Inséré dans La Trilogie de la mort (2007) ce court métrage tourné et se déroulant dans une morgue représente un médecin violer la cadavre d'une jeune fille tout en l'éviscérant.
  • Dans J'aimerais pas crever un dimanche sorti en 1998, le personnage interprété par Jean-Marc Barr ramène à la vie par accident le cadavre d'une femme en lui faisant l'amour.
  • Dans les films danois et américain d'Ole Bordejnal Le veilleur de nuit, le gardien d'une morgue est accusé de pédophilie (Ewan Mac Gregor, Nick Nolte... )
  • Plus il y a peu de temps, le japonais Takashi Miike aborda le sujet dans Visitor Q, sorti en 2001.
  • En ce début de XXIe siècle, on peut aussi citer le réalisateur espagnol Pedro Almodóvar, qui traite de ce sujet dans Parle avec elle (Hable con ella) où un homme tombe amoureux d'une femme dans le coma.
  • Un cas identique se trouve dans Kill Bill, où un infirmier fait le commerce du corps de l'héroïne (Uma Thurman) tandis que celle-ci se trouve dans le coma.
  • L'héroïne de les noces funèbres de Tim Burton est morte au long du film.

Une autre évocation de la connexion émotionnelle entre l'amour et la mort existe quand l'amour survit après le décès d'une personne. Certaines «histoires de fantômes» utilisent ce thème de l'amour éternel et décrivent la manifestation de l'amour de personnes décédées pour un individu vivant, la majorité du temps sous forme de fantômes ou de poltergeists.

Bibliographie

  • Benjamin Ball, La folie érotique, Librairie J. -B. Baillière et fils, Paris, 1888, réédition : L'Harmattan, 2001 lire,

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%A9crophilie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 05/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu